LES MALADIES CRYPTOGAMIQUES


LA FUMAGINE

La fumagine est une maladie cryptogamique (aussi appelée fongique, est une maladie causée par des champignons parasitaires filamenteux chez la plante) qui est provoquée par une infestation de champignons parasites se développant sur le miellat déposé sur le feuillage des plantes par des insectes "piqueurs-suceurs".

Elle se caractérise par une apparition de taches noires faisant penser à de la suie qui se serait déposée sur les feuilles.

Cette maladie se développe grâce au miellat que produisent certains ravageurs de plantes (le miellat est littéralement l'excrément provenant de la sève ingurgitée par ces ravageurs)

Les insectes dits "piqueurs-suceurs" ingurgitent la sève à même les feuilles ou écorces, nous pouvons notamment citer les cochenilles, les pucerons ou encore les psylles qui sont de véritables nuisibles.

Le champignon responsable de la fumagine se développe grâce au miellat déposé sur les feuilles de la plante, miellat qui, par ailleurs peut contaminer d'autres plantes qui se situeraient en dessous ou aux alentour, avec le vent ou par transport d'autres insectes.

La fumagine est une maladie potentiellement mortelle pour les plantes, elle réduit en effet sa photosynthèse et donc, par extension, son développement.

Chez les arbres fruitiers qui en sont une cible de choix, cela affectera également le rendement en fruit de celui-ci.

Il est important de noter également que la fumagine, en plus d'être potentiellement mortelle pour vos plantes, représente également un risque sanitaire chez les humains, qui développent très facilement des allergies au contact de ce champignon, il est donc indispensable de ne pas laisser l'infection de la plante se propager.

 


EN IMAGE ...

Crédit vidéo : FUMAGINE - Tout savoir - YouTube.


L'OÏDIUM

L'Oïdium (ou "pourriture blanche"/"maladie du blanc") est un terme d'usage définissant une série de maladies cryptogamiques (maladies des plantes causées par des champignons parasites).

Il existe en réalité une multitude d'Oïdium (oïdium du Rosier, du Chêne, de l'Erable, du Buis…) qui ne s'attaquent qu'a une seule variété de plantes ou arbres, l'oïdium du rosier n'ira pas attaquer un Chêne et inversement.

Elle se caractérise par un dépôt blanchâtre et filandreux sur les parties aériennes des plantes, sur les feuilles, fruits, tiges…

La maladie apparait généralement vers le milieu du printemps, à l'apparition des premières chaleurs correspondantes à un bon taux d'humidité, si à cela est ajouté de grosses différences de température entre le jour et la nuit, nous obtenons un terrain très propice au développement de ce champignon phytopathogène.

Si l'infestation se propage et dure dans le temps, vous pourrez observer un changement au niveau des feuilles (il semble que dans la majorité des cas, les jeunes pousses soient préférées aux feuilles plus anciennes), de petites taches blanchâtres apparaissent puis se répandent en une sorte de toile fine et farineuse sur l'ensemble du feuillage.

Parfois ce "feutrage" se jaunit ou devient rosé. Aussi, dans certains cas, les feuilles se boursouflent, pour ensuite mourir et tomber.

Contrairement à la fumagine, l'oïdium est plus dangereux, car la fumagine, même si elle asphyxie les feuillages et réduit la photosynthèse, est une maladie peut mortelle, et surtout, elle reste en surface.

L'oïdium quant à lui, arrive à passer la barrière cutanée de la feuille pour venir la parasiter de l'intérieur.